Bilan d’activité 2018

Bilan d’activités 2019

Sommaire :

  • Avignon

  • Les partenariats :

      • Le Mouffetard :
        • « Médée le retour ! »
        • Francis Debeyre
        • Les Rencontres « le masque et l’animal »
      • Le théâtre aux mains nues :
        • Le partenariat
        • Le stage
        • L’exposition
  • Les activités :
      • Les performances
      • Les mains dans la glaise

Avignon 2019

Les « Rencontres autours des arts du masques »

6 Juillet – 27 juillet 2019 – Avignon

A la suite de l’initiative avortée de créer un événement autour du masque au festival d’Avignon avec le OFF en 2018, un petit groupe s’est retrouvé fin 2018 à Montpellier pour lancer l’idée de rencontres en 2019. Joëlle Richetta qui possède le Théâtre Al Andalus nous a alors proposé un créneau tous les après midi dans la cour de son théâtre. La gestion en avait été donnée à La Croisée des Chemins. Dominique Bernstein, présent tout au long du festival a coordonné toutes les actions.

Nous avons donc organisé ces rencontres sur la base d’un thème par jour.

  • Les mardis : Rencontres Compagnie,
  • les mercredis : atelier dirigé
  • les jeudis : conférence
  • les vendredis : laboratoire
  • les samedis : cabaret
  • les dimanches : rencontres créateurs .

Chaque thème avait un modérateur responsable et Dominique Bernstein présent tout au long du festival a assuré la liaison et le bon déroulement des journées.

Nous avons pris et payé une annonce dans le catalogue du OFF et imprimé des tracts annonçant les différentes rencontres.

Sur le fonctionnement du dispositif prévu

Pour l’essentiel, les rencontres se sont déroulées comme elles avaient été programmées. Notons les deux situations qui ont fait exceptions :

  • La personne qui avait accepté de prendre en charge les ateliers libres à fait défection et nous n’avons pas pu trouver une personne pour la remplacer. Ce sont Shabnam Salehzada, Robin Summa et Jean Michel Stenger qui se sont partagé la responsabilité des vendredis. Nous les remercions.

  • Telles que programmées, les rencontres comprenaient quatre samedis dont le samedi 6 juillet (premier jour) et samedi 27 juillet (dernier jour).

  • Rétrospectivement, il est évident que la programmation d’un cabaret au tout début du festival et à la toute fin n’était pas pertinente. Le Cabaret du samedi 6 juillet à été remplacé par un pot de bienvenue pour les compagnies amies présentes en Avignon ; le Cabaret du 27 juillet à été annulé avec d’autant moins de regret que la météo prévoyait de la pluie.

Sur l’intérêt des rencontres…

L’ensemble du programme que nous avons proposé était de grande qualité.

Il serait souhaitable d’établir le planning plus tôt. Des personnalités comme Carlo Boso ou François Cervantes sont le signe de notre crédibilité encore faut-il que leur présence soit annoncée à l’avance.

et sur leur fréquentation

C’est le point qu’il conviendrait d’améliorer dans le futur car le public n’était pas assez nombreux (entre 10 et 20 personnes chaque jour).

Il est à noter que beaucoup des flyers imprimés n’ont pas été distribués.

Sur les conditions matérielles

La dimension de l’espace et ses qualités acoustiques étaient bien adaptées. La situation centrale du Théâtre Al Andalus dans la ville était favorable. Seule la température vraiment très élevée était de nature à dissuader le public.

L’hébergement dont Dominique a bénéficié avait l’avantage d’être sur le lieu des rencontres mais il était très exigu et d’un confort minimum.

Photos, enregistrements audio ou vidéo.

Nous disposons de nombreuses photos et de captations vidéo de qualité grâce à Pascal Bremond que nous remercions au passage. Pourtant ces captations n’ont pas été systématiques faute des moyens humains et matériels nécessaires.

L’idée de créer une chaine You Tube dédiée où les captations seraient systématiquement mise en ligne, n’a pas été concrétisée.

Le résultat peut paraître mitigé car le lieu, bien que très sympathique, était excessivement chaud entre 14h et 15h30 et n’encourageait pas le public à venir. On peut néanmoins constater que certains jours ont été plus fréquentés que d’autres. Ce qui veut dire que l’intérêt porté aux masques varie selon ce que l’on présente et peut être aussi suivant la capacité de l’intervenant à faire venir son propre public car la publicité était presque inexistante.

Ces rencontres ont été intéressantes à tous points de vue, qui nous prouve que malgré les efforts de tous ceux qui ont travaillé sur le projet il a nous manqué une dimension pour donner une plus grande visibilité au projet.

Pour plusieurs intervenants il résulte qu’ils ont été déçus par le manque de moyens (financiers entre autre) mis en œuvre par l’association pour une manifestation qui leur paraissait très importante pour la visibilité de notre action.

En conclusion …

Ces rencontres ont montré que Les Créateurs de Masques pouvaient se mobiliser dans la durée pour mettre en place un événement d’une certaine ampleur. Elles ont fait la preuve de la vitalité du théâtre de masques, tant en France qu’ailleurs en Europe. Elles ont aussi mis en évidence les fragilités de notre association sur les plans financier et humain.

Il nous faut maintenant persévérer pour que le masque soit mieux reconnu dans le monde du théâtre. Outre le renouvellement de ces rencontres, deux pistes ont été évoquées : la mise en place d’un festival de théâtre de masques, la création d’un lieu culturel dédié au masque.

Tels sont les défis qu’il nous faut relever.

Les partenariats

Le Mouffetard :

Nous avons le grand plaisir de maintenir le partenariat avec le Mouffetard, théâtre des arts de la marionnette, depuis nos Rencontres 2016 « corps et masques ». Nous maintenons des Rencontres une fois par an dans leurs locaux et avons la possibilité d’inclure des présentations dans le cadre du centre de ressources, c’est ainsi que nous avons fait notre rencontre : « Médée le retour ! ». Ponctuellement nous pouvons aussi venir faire des réunions dans leurs locaux. C’est très appréciable.

  • « Médée, le retour ! » au Mouffetard :

Les Rencontres Publiques de novembre constituent l’événement principal du partenariat des Créateurs de Masques avec le Mouffetard-théâtre des arts de la marionnette à Paris. Elles furent précédées en mars 2019 par le « retour » sur celles de 2018 consacrées au personnage emblématique de Médée. S’étant déroulées sur une demie-journée, elles n’avaient pas permis suffisamment d’échanges avec le public présent en nombre pour aborder vraiment les problématiques soulevées par les équipes dans leur présentation scénique. Il fut donc convenu de se revoir dans un lieu plus propice aux échanges : le Centre de Ressources du Mouffetard ! Grâce aux vidéos captées et séquencées par Patrick Forian, une bonne quarantaine de personnes, dont des représentants de la plupart des équipes participantes de 2018, ont pu mieux expliciter leur démarche, les problèmes rencontrés et dans quelles perspectives elles placent leur travail.

Là encore, le fait que cette rencontre se passe dans une structure consacrée à la marionnette a permis aussi un autre éclairage, que ce soit dans les interventions de Morgan Dussart comme dans celles de Claire Heggen, qui, absente en 2018, nous a fait la gentillesse d’être présente.

  • Avec Francis Debeyre :

Le 6 avril 2019, avait lieu aussi, dans le cadre du Centre de Ressources du Mouffetard , la rencontre avec Francis Debeyre, membre fondateur de l’association, à l’occasion de la sortie de son livre sur ses créations de masques, et où de nombreux membres se sont retrouvés pour échanger avec lui avec bonheur. Nous n’étions toutefois pas organisateurs de cette intervention.

  • Les Rencontres 2019 « Le masque et l’animal »

Il avait été voté à l’AGO 2018 que les Rencontres des Créateurs de Masques 2019 porteraient sur « masque de théâtre/masque de carnaval ». Seulement le faible temps de disponibilité de la salle du Mouffetard (la journée du 17 novembre), ne permettaient pas de mener le projet dans l’ampleur envisagée par le groupe Rencontres. Profitant de notre partenariat avec le Théâtre aux Mains Nues qui organise un colloque sur le visage animal en 2020 et notre prochaine exposition sur ce thème dans leurs locaux, il a été décidé de reporter le thème carnaval à 2020 et commencer à explorer le masque animal avec des mains dans la glaise et des Rencontres en 2019 : « le masque et l’animal ».

Programme :

Le groupe Rencontres comptait 12 personnes. Le projet a été lancé avant l’été mais n’a pris forme qu’à partir de la rentrée. Ces Rencontres, organisées rapidement, ont été pensées avec un nombre restreint d’intervenants présents, soit 4, plus 2 intervenants qui ne pouvaient être là et ont envoyé une vidéo, afin de laisser place au jeu et, surtout, aux échanges avec le public. Les intervenants ont été choisis sur des approches variées : le théâtre antique et son adaptation contemporaine (Philippe Brunet), la danse baroque et sa recréation (Édith Lalonger), Le théâtre moderne (Stefano Perocco) et les mascarades des carnavals (Candice Moise). Nous avons projeté une vidéo de réflexion sur le thème de Gulu Monteiro (metteur en scène brésilien vivant aux États-Unis), et une présentation de la compagnie l’Arche de Noé/ Guillaume Lagnel.

Passages plateau :

Pour les scènes, une règle du jeu a été établie, à savoir que les sculpteurs de masques pourraient proposer leurs masques aux comédiens qui s’inscrivent, soit pour un prêt quelques jours avant afin de préparer une scène, soit le matin même afin de travailler une improvisation. Dans les deux cas, le sculpteur des masques et le comédien ne devaient pas discuter de ce masque afin de laisser la surprise à la représentation et créer un échange a posteriori sur plateau.

Ont été prêtés 8 masques à l’avance de 6 sculpteurs pour des présentations de 6 scènes.

Ont été apportés pour improvisation et exposition 25 masques dont 7 ont été joués.

Tous les masques présents ont été exposés sur le plateau, et étaient visibles tout au long de l’après-midi et de près pendant la pause.

Réflexions sur le déroulement :

Nous n’avons pas fait de réunion de bilan sur les rencontres, ces remarques sont donc partielles et subjectives. Le rythme a été bon en première partie (un regret : Philippe Brunet qui commençait est arrivé au moment du début et donc a un peu trop résumé son discours), dans le sens où des temps d’échange étaient possibles après chaque passage, même si encore jugés parfois insuffisants. La seconde partie a laissé plus de place aux intervenants, ce qui a limité les échanges pour tous. Ne pouvant rester dans le théâtre après les Rencontres, cela a un peu manqué. Il en ressort que nous pouvons, devons, encore alléger les programmes des Rencontres afin de laisser plus d’espace pour la discussion.

La règle du jeu des improvisations et scènes a plutôt bien fonctionné, et aura eu également l’intérêt d’amener de nouveaux jeunes adhérents dans l’association.

Pour le public :

Malgré une communication tardive, nous avons été 139 à cette Rencontre. La mention de la journée dans le programme du Mouffetard a aidé, semble-t-il, à toucher quelques personnes qui ne sont pas de notre réseau. Mais la majorité restent des membre des Créateurs de Masques, et leurs connaissances.

Pour l’organisation :

Nous n’avions donné l’autorisation de photographier qu’à Miene (pour le compte de l’association) et de filmer à Jean-Michel et Patrick. Un souci de carte a fait que seules nous restent les captations de Patrick.

Il a manqué une organisation des personnes à l’accueil pendant la durée des Rencontres afin que chacun puisse profiter un maximum des Rencontres. Nous n’avons pas organisé de buvette ou de pot cette année, ce qui a notablement allégé l’organisation.

Un bilan sera nécessaire pour s’améliorer dans cette organisation de Rencontres, somme toute déjà relativement rodée.

Le théâtre aux mains nues :

  • Partenariat avec le Théâtre aux Mains Nues :

L’initiative de Morgan Dussart – responsable du Centre Ressources du Mouffetard –, d’inviter Pierre Blaise – Directeur artistique du Théâtre Aux Mains Nues, structure parisienne de formation aux arts de la marionnette –, aux Rencontres sur Médée en 2018 pour y porter un regard extérieur de marionnettiste, a ensuite permis d’élargir cette démarche de partenariat au TMN. Mouffetard et TMN ayant déjà une collaboration réciproque de longue date, après plusieurs contacts pris par Thierry François, une réunion est organisée le 12 janvier 2019 au Mouffetard pour débattre des formes que pourraient prendre ces partenariats croisés entre nos trois organismes (en présence de Stefano Perocco, Alaric Chagnard, Thierry François et Morgan Dussart).

Si l’art du masque et l’art de la marionnette ont des spécificités propres très fortes, de par les caractéristiques du fonctionnement de leur outil scénique (masque porté sur la tête et marionnette tenue à la main), les synergies et les complémentarités entre ces deux arts voisins sont nombreuses, notamment dans le domaine de la formation. Lors de cette réunion, Pierre Blaise nous fit part d’ailleurs de son souhait d’élargir l’offre de formations du TMN à l’art du masque, en concevant ensemble un stage de longue durée (3 semaines) aux arts du masque en 2020. Si cette première expérience devait rencontrer l’écho souhaité, le TMN poursuivrait cette initiative les années suivantes, avec une formule renouvelée chaque année. Très vite, au cours des réunions suivantes, l’idée d’une exposition de masques en parallèle au stage a émergé, la première étant organisée par l’association, de fin mars à fin avril 2020.

  • Une formation :

Sur proposition du Président, Stefano Perocco, le CA du 30 janvier désigne Thierry François comme coordonnateur de l’organisation de ce stage. Un groupe de suivi est formé (comprenant : Luc Laporte, Alaric Chagnard, Dominique Bernstein, Emmanuelle Mouque Raggi, Anna Cottis, Khadija El Madhi, Miene Mathon, Patrick Forian…), qui se réunira à 4 reprises pour examiner différentes hypothèses sur le programme et les formateurs intervenant dans le stage. Les disponibilités des uns et des autres ne permirent aux membres de ne venir malheureusement qu’à une ou deux réunions. Thierry avait aussi envoyé aux membres actifs de l’association un mail leur demandant de lui préciser leurs envies par rapport à ce projet de stage et comment ils caractériseraient ce qui selon eux constitue leur spécificité parmi les créateurs de masques… Seules trois personnes ont jugé bon de répondre : Miene Mathon, Khadija El Madhi et Anna Cottis. Confronté à l’urgence de fournir un texte de présentation du programme du stage pour la publication de la plaquette 2019-2020 du TMN, Thierry a dû élaborer un pré-programme dans un délai très court. Quatre intervenants principaux ont finalement été retenus : Anna Cottis pour la partie « conscience du corps et entraînement de l’acteur de masques », Thierry François pour la partie « sculpture et fabrication de masques : le sculpteur comme auteur dramatique», Khadija El Madhi pour «  construction d’une séquence scénique : le jeu choral et l’acteur créateur» et enfin Claire Heggen « à la croisée du corps vivant et du corps marionnettique », dont la démarche pédagogique, dans le cadre d’une structure comme le TMN consacrée à la marionnette, permet un voyage entre l’univers de la marionnette et celui du masque. De février à juin, ce groupe de 4 formateurs venant chacun d’univers artistiques différents s’est réuni à 4 reprises, dont 2 fois avec des représentants du TMN, pour harmoniser leurs points de vue et articuler leurs pédagogies à l’intérieur des 3 semaines de stage.

Fin juin 2019, un programme détaillé est finalisé avec Cécile Cholet, chargée des formations au TMN, afin d’être envoyé à l’Afdas pour les prises en charge futures des candidats, et figurer sur les sites du TMN et des Créateurs de Masques. Outre les 4 formateurs principaux, dont les enseignements se croisent au cours des 3 semaines, le principe du stage est de compléter cette formation par des interventions ponctuelles de spécialistes sur des problématiques particulières : histoire du masque au xxème siècle, masques et carnavals, masques et marionnettes, l’art masqué du Topeng balinais, les masques en bois, les masques larvaires, les archétypes de la commedia dell’arte…

Fin 2019, les demandes d’inscription au stage étaient au nombre de cinq, les acceptations de financement par l’Afdas devant être finalisées un mois avant le début du stage, soit courant mars 2020. La viabilité financière du stage est estimée à 6 participants minimum, celle souhaitée étant de 10.

Ce partenariat avec le TMN revêt une importance particulière pour notre association, me semble-t-il, parce qu’il s’agit de ce qu’on pourrait appeler un « partenariat de contenus », et pas seulement de circonstance, qui peut permettre de toute évidence un échange fructueux, un frottement fécond entre deux arts et engendrer de nouveaux dynamismes. Il représente en outre une ouverture bienvenue qui renforce celle opérée par l’association lorsqu’elle s’est étendue à tous les pratiquants du masque – et pas uniquement aux seuls sculpteurs. Ne pas être seulement un outil de promotion du masque, mais aussi en s’ouvrant à d’autres arts, un levier pour la recherche artistique et l’innovation pédagogique (que ce soit pour le masque comme pour la marionnette).

Pourtant cette démarche délicate d’organisation d’un stage de formation n’a pas été sans malentendus et incompréhensions au sein de cette association, composée de membres ayant tous des pratiques et des esthétiques souvent très différentes. C’est ce qui fait sa richesse mais aussi ces lenteurs de fonctionnement ! A la suite de cette « crise » interne, le CA a d’ailleurs proposé que dorénavant tout projet d’ampleur aurait désormais deux référents chargés de sa préparation.

  • Exposition au TMN :

Le partenariat avec le Théâtre aux Mains Nues, dirigé par Pierre Blaise, s’est développé à travers le projet d’exposition « Le Masque et l’Animal ». La Cie Le Théâtre sans toit a demandé à l’association d’organiser au T.M.N. une série de 3 expositions de masques, dans le cadre du  2ème Laboratoire International des Enseignements dans le Théâtre de Marionnettes qui a pour thème « Les vis à vis du masque ».

La première exposition aura lieu en mars/avril 2020, autour de la journée de colloque Art et Science : « Le Visage des Bêtes ». La préparation de cette exposition a mobilisé différents membres de l’association autour des organisateurs, Alaric Chagnard, Alban Lebrun, Emmanuelle Mouqque Raggi et Miene Mathon. La selection des œuvres sur candidature au sein des membres de l’association s’est effectuée en octobre 2019, un travail de scénographie est en cours. Un laboratoire de captation vidéo des masques en jeu a eu lieu début janvier 2020, dans la perspective de création d’un film qui sera projeté au sein de l’exposition. Une nouvelle séance de captation sera organisée dans un cadre naturel en février 2020.

Le projet d’exposition mettra en avant la diversité des techniques, matériaux et esthétiques présente dans l’association comme dans l’univers du masque, proposant ainsi un complément indispensable au stage sur les arts du masque d’avril, puisque se déroulant en parallèle et aux mêmes dates.

Une performance live pour l’inauguration de l’exposition est aussi en préparation.

Les activités

Performances

Le 10 mai 2019 nous nous sommes réunis pour le tirage au sort de notre 3ème performance.

Voilà les cartes tirées :

  • Récurrence : 1 fois

  • Lieu : une gare

  • Matière : Alimentaire

  • Parole : 1 phrase

  • Durée : 5 minutes

  • Moment du jeu : à Minuit

  • Forme/Couleur : Bleu

  • Type de masque : Intégral

  • Thème : Sommeil

  • Nombre de musiciens : 2

Le 14 juin 2019 nous avons eu notre Répétition au Fil Rouge: Magali Gras avait créé un masque que plusieurs personnes ont porté. Adeline Dautreppe avait apporté ses premiers essais de masques alimentaires (caramel et chocolat).

Puis nous avons recherché, contacté et visité des lieux / ex gares de la petite ceinture : comme « Le hasard ludique » « La recyclerie » « Le poinçon ». Il était prévu de se voir fin juin/début juillet au Shakirai, accueillis par Adeline Dautreppe, pour préparer de la pâte bleue et aller directement dans une de ces ex gares pour performer ensemble en créant des masques in vivo sur nos visages.

Mais la problématique d’avoir les autorisations nous a bloqué… pour l’instant.

A voir : les articles sur les performances de Sébastien Bickert :

Sur performance n°1 : http://www.lescreateursdemasques.fr/wp/performance-n1/

Sur performance n°2 : http://www.lescreateursdemasques.fr/wp/performance-n2/

Les mains dans la glaise  2019

 

Notre laboratoire de recherche de sculpture (activité récurrente de l’association), intitulé « Les Mains dans la glaise », s’est tenu le dimanche 9 juin 2019 de 10h30 à 18h à l’atelier de Stefano Perocco à Montreuil. Il a réuni une dizaine de facteurs de masques autour du thème : masque/animal/animalité. Il s’agissait d’une recherche de formes mais aussi d’échanger sur nos manières de procéder, de s’ouvrir à d’autres méthodes, d’enrichir nos techniques et nos esthétiques dans le partage. Le choix du thème s’est fait dans l’optique à la fois des Rencontres de novembre 2019 au Mouffetard et de l’exposition au TMN en 2020.

RAPPELS: Bilan 2018

2018 a vu de nombreuses activités se dérouler au sein de l’association, activités publiques ou activités propres aux membres :

« Les mains dans la glaise » : laboratoire de recherche de sculpture de masques ouvert aux membres de l’association. Cette année un travail a été mené autour du personnage de Médée.

 

« Les 5ème Rencontres Publiques » organisée par l’association, au Théâtre Mouffetard (2ème partenariat avec ce théâtre) : « Rencontrer Médée » (12 esquisses scéniques présentées avec une quinzaine de masques originaux créés / 120 personnes présentes, public et participants), restitution finale par Pierre Blaise, directeur du Théâtre aux Mains Nues. Un partenariat pérenne entre les C2M et le théâtre Mouffetard sera mis en place en 2019, ainsi qu’une collaboration avec le TMN.

 

La 2ème « Performance » de théâtre de masques (avec contraintes tirées au sort). Une présentation du travail a été faite sur les quais de Seine (captation vidéo sur le facebook de l’association).

 

« Café des masques » à la galerie Le Fil rouge  (Paris 13ème ) : rencontre autour du thème « Le masque au féminin ». Lieu d’échange et de discussion informelle pour les membres de l’association autour d’un thème.

 

Exposition de masques à la Mairie du Pecq « Gueules de guerre, le masque de scène et l’imaginaire de la guerre », dans le cadre du Centenaire de la fin de la 1ère guerre mondiale.

 

Participation au colloque « Le Masque à Rome et dans l’Empire gréco-romain », mars 2018, Paris 8, Université Besançon et MSH Paris-Nord.

« Rencontre Plateau », laboratoire de recherche sur les masques en scène. Montpellier en partenariat avec la Cie Les têtes de Bois.